Err

L'aloe vera

"La meilleure des médecines est celle qui se pase de médecine" Celse

"La nature est le meilleur médecin, elle guérit les 3/4 des malades, en plus, elle ne dénigre jamais ses confrères." Galien

Qu'est-ce que l'aloe vera?

Une plante vert-clair à vert plus foncé poussant en zone semi-désertique, chaude, hors gel, haute de 0,7 à1 m et présentant de

longue feuilles épaisses, pointues, souvent munies de piquant sur les côté et partant du centre situé prés du sol.

De ses feuilles, on extrait une pulpe et/ou un jus, à froid, dont la richesse de composition (et pourtant c'est 95% d'eau!) est extraordinaire.

On compte environ 400 espèces d'aloe ou d'aloes. Parmi elles environ une vingtaine présente des intérêts pour la santé et le bien-être.

L'aloe barbadensis miller (appelée aloe vera, ou vrai aloe) est sans doute le meilleur aloe de l'hémispère nord, l'aloe ferox pour l'hémisphère sud.

L'aloe vera dans l'histoire humaine.

L'histoire de cette plante est riche et longue. Ses multiples intérets n'ont échappé à aucune grande civilisation humaine.

Il est difficile d'identifier les plantes citées dans les listes retrouvées sur les tablettes sumériennes de Nippur, akkadiennes mises au jour à Ebla ou à Mari (archivec royales) sur l'Euphrae. Les vertus laxatives de l'aloes sont connues. Le médecin (asû) avait déjà la prééminence sur l'exorciste (âsipu) dans l'ancienne Mésopotamie. Figurent sur ces tablettes des listes de plantes (on dirait principes actifs de nos jours), des façons de les préparer (dessication; extraction, purification, filtrage...) et des modes d'utilisation. Mais presque rien sur les troubles à soigner, les symptômes. Bref, l'empirisme et la transmission orale, ont permis le développement d'une belle médecine pragmatique mais peu de progrès au sens scientifique.

L'aloe vera, connu depuis des milliers d'années, figure en bonne place dans "le livre égyptien des remèdes" papyrus de 1550 avant notre ère dit papyrus Ebers. L'aloe est recommandé pour:

"vers, soulagement des maux de tête,calme les douleurs à ,la poitrine, brûlures, ulcères, maladie de peau et allergies".

Sur les conseils d'Aristote, Alexandre le Grand aurait abordé et conquis Socotra pour y chercher l'aloe vera et soigner les nombreux blessés de son armée mise à mal en Inde.

Les auteurs romains tels Aulus Cornelus Celsus (-25/+25) auteur de "De Medicina", traité de médecine, ou Pedanius Dioscorides (40/90) chirurgien dans l'armée roamine et auteur du codex Vindobonensis Medicus Grecus (excellent traité de botanique et pharmacologie) recommandé pour les problèmes digestifs, ses effets laxatifs, pour les hémorroïdes, et pour la peau (guérison des bleus, blessures etc.)

Les traités chinois, arabes (le nom d'aloes viendrait de l'arabe et signifierait "amer"), précolombiens, etc regorgent également de mentions de cette plante unique.

Bref, cette plante est rassurante car son utilisation depuis 4 à 8 millénaires a permis de valider ses qualités, son absence d'effets collatéraux négatifs et ses apports bénéfiques pour le métabolisme.

Qu'y a-t-il donc dans l'aloe vera?

Il y a d'abord de l'eau de végétation (99%) mais également toute une série de composants variés et complexes qui agissent en synergie et c'est cela l'aspect le plus remarquable.

Des polysaccharides: polymères à longues chaînes (mannose, galactose etc.) aux propriétés cicatrisantes, hydratantes et anti-inflammatoires.

Des acides aminés (AA): l'aloe vera contient 7 des 8 AA essentiels pour l'homme et 11 des 14 autres. Ils permettent de ouvrir les besoins de synthèse des protéines.

Des phytostéroles: béta-silostérol, lupéol etc. aux propriétés anti-diabétique, anti-inflammatoire et cicatrisante et (béta-silostérol) favorisant la néo-vascularisation.

Des vitamines: B1, B2, B6, B9, C, E, choline, béta-carotène (A), aux propriétés anti-oxydantes en neutralisant les radicaux libres (A,C,E) et favorisant l'absorption des parois de l'intestin.

Des minéraux et oligo-éléments: apport, certes modeste, mais varié par le nombre déléments, qui pourrait avoir des propriétés anti-diabétiques (exp sur des rats).

Des enzymes: amylaze, catalases, bradykinase, phosphatase alcaline, SOD, lipases et protases etc., qui pourraient agir comme catalyseurs mais sont sensibles à la chaleur, mulière etc.

D'autres molécules actives:

- acide salicylique, (anti-inflammatoire, antalgique et kéraolitique - qui élimine les cellules mortes de l'épiderme donc propriété exfoliante),

- acides organiques: (cinnamique, aloétique, etc.) aux propriétés antiseptiques (lutte contre les champignons) et action exfoliante et maintiennent le gel acide (pH de4,5)

- les saponines: (jusqu'à 3% de la matières sèche) aux propriétés tensio-actives, antiseptiques (contre les champignons mycose, teigne etc.) rôle métabolique contre les graisses

- les lectines: (aloctine A et B entre autres) aux propriétés cicatrisantes, anti-inflammatoires, immunostimulante et anti-cancéreuses (aloe arborescens, aloe vera?)

- la lignine: polymère fibreux esentiel à la résistance des végétaux et qui favorise la pénétration des autres principes dans l'organisme

Donc une richesse incroyable mais surtout une action du tout (totum) essentielle. Il serait dommageable d'extraire un principe et de l'appliquer seul.

Pulpe, jus, feuille entière

Les Anciens notaient les vertus laxatives de l'aloe: en effet, l'écorce de la feuille entière est riche en aloïne, un puissant laxatif, toxique (mortel à haute dose).

L'extraction de la pulpe se fait donc selon deux techniques différenciées; soit à partir de la feuile entière, de laquelle on retire l'essentiel de l'aloïne, soit à partir de la feuille dont on aura retiré l'écorce. Les concentrations des divers éléments actifs varient selon les méthodes utilisées et les rendements aussi (quasiment

de 1 à 2).